Les trois parfaits printemps de 2015 | 3: L’Amérique

Le troisième printemps de 2015 est arrivé à Montréal, longtemps après que je sois rentrée de l’Europe! L’arrivée des beaux jours et l’achat d’un boyau d’arrosage a inspiré Chantal et moi à pendre enfin notre crémaillère, deux mois après notre emménagement. La météo était fabuleuse et c’était un temps parfait pour tester la cour et les fameux gigantesques divans en palettes que mon nouvel ami Phil, Chantal et moi avons de peine et de misère trimballé vers le bas d’une cage d’escalier de mon ancien appart pour ensuite les attacher avec de l’équipement d’escalade sur le toit… d’une Yaris.

La cour était donc prête et trente amis étaient assemblés pour l’inaugurer. Voici les premiers représentants des festivités:

Je ne sais me servir d’un boyau d’arrosage. Je me sens vraiment graduer vers le statut de femme jeune professionnelle avec cour. Nous avons de l’aide très motivée et très belle à regarder pour la décoration de la cour – Carol et Elo se font aller les petites mains magiques pour attacher lumières et fanions et guirlandes!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le ciel de Rosemont-Petite-Patrie

à la surprise de certains ces beaux “melons d’eau” en Jell-O contenaient une quantité d’alcool à réveiller un mort! Ha-Ha!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

oh la la

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après un moment il y avaient des gens qui bougeaient joliment leurs jeunes corps sous les petites lumières multicolores

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bref, la maison fut réchauffée avec succès! La fin de semaine suivante était, à ma très grande surprise, un long weekend, et je ne l’ai réalisé que mercredi. C’est là que j’ai texté en panique mon nouvel ami Phil (dont Gouy m’a généreusement fait don en guise de remplacement de sa personne) et je lui ai dit – Hey c’est la longue fin de semaine il faut qu’on sorte! Les yeux hagards, j’attendais sa réponse avec impatience et la bonne nouvelle est arrivée très vite. Oui! Faire seize heures d’auto en trois jours pour aller très loin et faire toutes les activités par conditions météorologique incertaines? Quelle bonne idée! Trois jours plus tard au petit matin nous étions donc en route vers la mer du Maine, l’auto pleine de tentes, de vélos, de maillots de bain et de matériel très avancé d’escalade!

Nous avons célébré notre arrivée en allant manger du homard. Miam!!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et de l’aiglefin dans l’assiette du Capitaine Haddock ayant conduit son bolide chargé de délicieuse IPA du nord-est américain pendant toutes ces heures!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain il faisait un temps de qualité très moyenne et nous avons décidé d’aller faire tout le tour d’Acadia, en partant des magnifiques route pavée comme un rêve du parc national jusqu’aux nids de poules des villages éloignés encore endormis avant la saison de la pêche, qui commençait éminemment.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après une quantité incroyable d’heures en vélo et plusieurs détours profonds à la recherche de homard, nous avons trouvé de la crème glacée et des guedilles au crabe dans ce trop charmant resto!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On y a commandé guedilles au crabe et crème glacée molle parfumée à l’une des 79 saveurs disponibles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Phil suit, tel un déchaîné, l’appel du cornet géant avec sprinkles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi revigorés, nous pouvons poursuivre notre route, atteignant enfin un océan bleu et sans limites

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’endroit exact ou poser nos guedilles et déboucher nos luxueuses IPA de microbrasserie nous est évident à tous les deux : cette table de pique-nique parfaite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les gens habitent comme ça, entre homard et pick-up

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La American Way of Life ne cesse jamais de m’émouvoir : bungalow, pelouse, grosse auto et boîte aux lettres avec petit drapeau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le jour tire à sa fin et nous sommes déjà un peu crevés

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré un dodo assez tardif à essayer de finir le sac de guimauves, nous décidons d’essayer de nous lever à temps pour le lever du soleil, parce que parfois le lever du soleil c’est vraiment merveilleux.

 

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce n’était pas si coloré et nous étions très endormis encore, mais il était bon de savourer le vent marin emmitouflée dans plusieurs épaisseurs de duvets

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Phil a préparé le café

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

on pouvait regarder les vagues s’embourber dans les rochers

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes revenus et nous sommes gâtés d’une sieste – de 7 à 8 am, pour ensuite confectionner cet incroyable burrito-matin avec rosti et des oeufs pochés parfaits. Ça arrive pas à tous les jours!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

c’était la première fois que je découvrais les merveilles de ces caissons – dans l’un, toutes les choses d’escalade, dans l’autre, toutes les choses de cuisine, même celles que je n’ai pas dans ma cuisine, même celles que Ricardo n’a pas dans sa cuisine. Genre un microplane et une mini passoire. Des verres de vin et un tire-bouchon et une petite râpe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pommier en fleurs et ciel bleu nous accueillent quand on arrive enfin aux parois d’escalade

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour seul commentaire, nous n’avions qu’une chose à dire depuis plusieurs heures : Un skidoo on peut tu mettre ça dans cour? Iiish.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous arrivons alors à ce lieu mythique alors que le temps devient glorieux: les amis, c’était grandiose. Mer, rochers spectaculaires, air chaud, plein de possibilités.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’assurage sur ces parois qui descendent directement dans l’océan se fait à partir d’en haut, et il faut bâtir un relai sur des coinceurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ça, on peut le faire! Enfin un peu d’usage pour notre équipement fancy

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On est trop bien

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allo!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La première voie qu’on fait descend jusqu’à l’eau dans une cheminée de roc vraiment impressionnante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La deuxième voie qu’on fait est encore plus merveilleuse, et nous pouvons nous promener à sa base alors que la marée est juste assez basse pour ne pas nous mouiller les pieds. Les vagues se fracassent sur ce socle de pierre à quelques mètres de là

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nice and easy!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’autres aussi, sont là

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Phil en action

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La mer!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ça m’a pris tout mon petit change mental faire le petit pas qui sépare ces deux rochers

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourtant si évident!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On y était bien, entourés de verticalité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allo!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dernière voie de la journée avant de se rasseoir dans l’auto pour un épuisant huit heures de route que Phil a exécutées diligemment sans s’endormir une seule fois. La voie était un peu dure mais comme il n’y avait pas d’autre choix que de remonter car les tortillas, les bananes et le char se trouvaient en haut, la motivation était au rendez vous!

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes partis dans le soleil de l’après midi qui éclairait le vert tendre du parc, des heures après l’heure prévue de départ. C’était au début de l’été, et maintenant je suis heureuse de constater que le besoin de ne pas rater les belles choses est très fort chez Phil aussi, ce qui nous fait toujours revenir à pas d’heure après des escapades beaucoup trop lointaines pour la quantité de temps dont on dispose.

Le prochain billet rapportera les aventures de l’été, dont la conquête spectaculaire du Mont Kahtadin, au fin fond du Vermont!

Les trois parfaits printemps de 2015 | 2: L’Autriche, feat. le trio MSG

Nous avons donc pris le train qui partait juste avant l’aube à destination de l’Autriche pour enfin rejoindre notre cher Gouy dont je m’ennuyais à coeur découvert. Comme il faisait encore une fois vraiment beau, nous avons essayé de garder l’oeil ouvert sur ces superbes paysages malgré notre très grand manque de sommeil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lac et montagnes défilent à 200 km/h devant nous

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

des murs de pierre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En descendant du train, après avoir mis nos gros sacs par terre dans l’intention de commencer à contacter Gouy, le voilà qui nous serrait déjà dans ses bras, nous ayant sûrement retracés à l’odeur! L’odeur et la saveur délicieuse des MSG!!! Enfin réunis pour une troisième aventure épique de neige et de danger récréatif!

europe2015-110

Ici aussi, il avait fait froid et neigé jusqu’à temps qu’on arrive, et Gouy venait aussi d’emménager dans son nouvel appart sur le flanc de la chaine de montagne avec ses trois colocs. Nous l’avons donc accompagné dans l’inauguration estivale de sa terrasse autour d’un verre de délicieuse Franziskaner comme dans le bon vieux temps… il y a dix ans!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’amitié est un délice qui se boit mousseux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passons la journée à nous préparer pour le plat de résistance tant attendu – la traversée des Stubaier Alpen avec quatre nuits en refuge en haute altitude. Comme cette aventure allait nous amener sur des glacier et du terrain assez technique, nous avons passé quelques heures à rassembler et trouver de l’équipement. À ma grande surprise, le fait qu’on dormait en refuge nous permettait, par omission de nourriture et de literie, de nous en sortir avec des tout petits sacs. Gouy et moi sommes partis avec des sacs de 38L et de 32L respectivement… par contre ce ne fut sûrement pas sans l’aide de Sigurd qui a encore une fois pris un peu d’extra sous forme de corde.

Voici Sigurd qui crie des ordres à l’équipe. Schnell Schnell!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois que c’était fait et que nos to-do et packing listes jonchaient la table chez Gouy, nous sommes descendus glander dans la ville, ce qui impliquait la visite de trois (3) épiceries M-Preis consécutives, par pur plaisir. Parce que c’est pas cher, parce que c’est le fun, parce qu’il y a du chocolat, de la bière, des petites nécessités de la vie. Il y avait des bouteilles de vin à cinquante cents. Du prosciutto en spécial comme j’en ai jamais vu.

Avec tout ce plaisir, on s’est vite retrouvées devant Line Larivière. Je veux dire, l’Inn, la rivière qui donne le nom à la ville d’Innsbruck.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bro Lurvvv

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Line et moi, on est super chums

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il fait beau (encore… c’est fatiguant!) et la ville est magnifique, et je suis en robe comme tout le monde, et il y a des trams et des vélos et des montagnes et des maisons de plein de couleurs. Et des petites feuilles du printemps qui sont une semaine en retard le printemps Suisse, juste pour nous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons même l’occasion d’accompagner Gouy dans son premier BBQ de l’année. Partout autour des montagnes, on est bien, et je suis fière de mon ami qui habite si bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Champignons farcis de Boursin. ‘Nuff said.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, il fait un peu plus gris et nous décidons de nous prendre une journée dans un centre de ski véritable. On a pris le plus réputé, on est allés à rien de moins que St. Anton, et le TGV arrête au pied des pentes.

Il y a vraiment… plusieurs pentes

europe2015-133

Et il est très difficile de naviguer là-dedans, surtout qu’on a de la difficulté à comprendre, parfois, ce qui monte et ce qui descend. Quand certains secteurs ferment à cause du danger d’avalanche, trouver son chemin vers un autre flanc de montagne peut prendre quelques heures et quelques tentatives!

europe2015-134

Les chairlifts sont très satisfaisants. Il y a même des quads chauffants avec bulles, sans évidemment parler des gondoles haute vitesse qui filent à une cinquantaine de mètres au dessus du sol.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vu de la gondole, la montagne a l’air d’une cité du futur avec ces centaines de petites bulles en mouvement et de toutes petites personnes filant à grande vitesse au loin en bas

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allo!

europe2015-128

Tout le monde aime Valluga

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suis absolument tout à fait heureuse

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Car la vue est folle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et car j’ai fait du snowboard! J’ai pu clôturer cette absurde saison hivernale ou j’ai commencé à faire du snow pour aucune raison sur les pistes noires d’un des plus grands centres de skis des Alpes. Pas pire!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et, bien sûr, finir le tout avec un bon petit verre de radler et des käsespätzle dans le restaurant d’un des sommets, comme il se doit

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’après ski battait son plein alors qu’on descendait vers le train, et nous avions tellement envie de rester et de prendre le train qui revenait à Innsbruck tard en soirée. Malheureusement nous avions mille choses à faire avant notre départ avant l’aube du lendemain matin et, penaud, nous avons fait abstraction des festivités folles qui étaient en train de se mettre en branle au pied des pentes.

europe2015-136

C’est maintenant le temps de parler du sandwich au radis qu’il est normal de manger ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le matin suivant tout se déroule exactement comme prévu, nous nous levons avec le soleil, enfourchons nos bécanes encombrés de skis et de gros sacs,

aude

dormons dans l’autobus vers le centre de ski de Stubaier Gletscher, ou nous prenons une gondole qui nous amène à 2 800m d’altitude, ce qui nous donne un très bon boost pour commencer. Nous aurions pu prendre une chaise qui nous aurait amené encore plus près du but mais nous avons voulu conserver les apparences et forcer quand même un peu en montant à pied en dessous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Beau début!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois montés au col, nous quittons le brouhaha du centre de ski et nous plongeons dans la tranquillité et la concentration qu’exige la montée assez raide sur un terrain rocheux et glacé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avançant avec aplomb, encouragés par cette météo fabuleuse, nous ne tardons pas à atteindre notre premier sommet, le Hinterer Daunkopf, à 3225m

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’immortalise le passage du groupe MSG et tout particulièrement notre cher ami Vrungkurb Björnesmörg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vrungkurb et moi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gouyyyy

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Grand succès!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Maintenant il nous faut descendre très longtemps sur un glacier jusqu’à temps qu’on arrive à notre premier refuge, la Amberger Hütte, évidemment unanimement rebaptisée Hamburger

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça descend en masse!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous découvrons à chaque détour un nouveau pan de terrain, de nouvelles montagnes, de la nouvelle vallée, et c’est très doux et blanc et chaud

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soleil nous cuit et Sigurd JUST LOVES sunscreen

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sandwich aux oeufs à la crème solaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Swishhhh, swisshhhh, swishhhhh – on ne peut rien demander de plus!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et cette looooooongues descente douce à grande vitesse presque tout droit jusqu’au refuge fut une délicieuse croisière contemplative au pied des sommets

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes arrivés à destination vers midi, notre première mission accomplie et plein de belles activités devant nous. Enlever les bottes de ski, boire de la bière, jouer de la guitare et lézarder au soleil en regardant les nuages défiler sur le gigantesque paysage.

Sigurd a trouvé son alter ego

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

La vie est bonne!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De la bière blanche munichoise dans des circonstances favorables au bonheur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On a trente ans et on s’essaie sur le duck face. Il parait que c’est in

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré nos efforts fous d’économie de poids j’amène quand même un petit livre pour agrémenter les longues fins de journée

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis, au grand plaisir de tous, Gouy trouve la guitare du refuge!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se rappelle affectueusement toutes les raisons pour lesquelles on s’aime

Nous partageons ce soir-là un délicieux repas parmi les hommes de la place. Je fais partie de la dizaine de rares représentantes de la gente féminine qu’il y a dans l’immense refuge bondé, dont plus de la moitié sont des moitiés de petits couples. J’ai ramassé les plus charmants garçons pour lequels on a le Beguin!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Polis (et poilus) que nous sommes, personne ne veut prendre le dernier morceau de chocolat, et nous le séparons minutieusement en deux avant de passer la moitié restante au prochain. L’exercice est allé jusqu’à des dimensions microscopiques ou l’emploi d’outils (cure-dents) fut nécessaire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous partons après tout le monde le matin pour un petit tour d’une journée – l’ascension du chouette Kuhscheibe. Nous avons les sacs et le coeur tout légers et… il fait encore beau!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La neige croustillante du matin a justifié l’emploi de crampons à skis dont je suis fort impressionnée. Aucune surface ne peut m’intimider à présent!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis nous sortons au soleil, et c’est merveilleux, et mes skis sont couverts de neige fondue

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous évoluons dans un paysage géant

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

tout en naviguant expertement le terrain pour déterminer lequel donc de ces sommets sommes nous en train de monter?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a des montagnes jusqu’à l’infini

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Soleil, chocolat, belle vue, beaux amis, que puis je vouloir de plus!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Toujours prêt, le kit carte-noix-chocolat-crème solaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La team MSG toujours en quête de nouveaux sommets! nous nous délectons de voir ce champ de neige qu’il nous fera très plaisir de descendre imminemment

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À moins de cent mètres du sommet, nous enlevons nos skis pour continuer sur une arête semi-glacée à pied. On a tous très hâte de voir la vue du haut de notre projet du jour!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sigurd voudrait aller toujours plus haut

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et Gouy se fait la dent sur les arêtes tranchantes qui, dans son jeune temps, le rendaient un peu stressé. Voyez comme il est à l’aise à présent!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Moi je suis à l’aise en tout cas. Je vous offre volontiers du plaisir de sommet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vue fonctionne

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis nous amorçons avec grand délice cette belle descente dans une neige qui a une mollesse satisfaisante

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

pour finir dans de longues traversées ou on file à grande vitesse sous les flancs fondants

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est très émouvant de pouvoir se promener ici

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Grande vitesse!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Donc un premier sommet sans embûches, sauf un épisode un peu épeurant ou on s’enfonçait profondément et par surprise dans de la neige complètement ramollie par des végétaux et des roches qui se faisaient aller le corps noir. Tout cela sous un flanc qui avait l’air d’avoir envie de faire une grosse avalanche. Nous avons tellement bien réussi que nous arrivons les premiers au bercail et nous nous lançons immédiatement sur la place de choix avec un bon Radler, un rafraichissant mélange de bière et de limonade douce.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain nous nous sommes levés tôt pour de vrai pour la conquête du plat de résistance de notre voyage – le Schrankkogel, un sommet de 3500m ou on accède par une arête assez étroite qu’on doit emprunter sur 400 mètres de dénivelé sur les 1500 au menu.

Après quelques heures dans l’ombre sur un glacier à avaler méthodiquement de l’altitude, nous atteignons ce magnifique plateau de neige encerclé de montagnes et balayé constamment par d’immenses bandes d’ombre et de lumière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes prêts pour le vertige et le soleil et les émotions fortes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En route vers le dépôt à skis

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ou nous laissons nos planches pour continuer à pied

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

piolet en main

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous devons d’abord monter un flanc qui est assez pentu pour qu’on puisse voir le fond de l’abysse entre nos jambes si on regarde nos pieds…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et on fait même un peu d’escalade en bottes de ski

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gouy pratique sa peur-de-rien

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est époustouflant. Et il fait encore beau!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’adorable homme des neiges

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et moi, un peu stressée mais de façon intéressante et stimulante

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne peux vous épargner plusieurs photos de cette vue

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Trouvez Gouy!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’approche finale se fait sur un tout petit sentier et à gauche de nous, de la fausse largeur faite de neige déposée là par le vent et qui tient à peine sur la montagne

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La finale glorieuse de cette spectaculaire arête

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et nous voilà au sommet! MSG @ 3500m!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons fait une descente rapide du bout à pied dans de la neige qui commençait à fondre à un rythme effarant sous le soleil de midi, mais qui m’a permis de faire l’expérience de descendre une pente assez raide en faisant des pas de géant dans le nuage neigeux qui se dérobait juste assez sous mes pieds pour me donner l’impression de flotter comme une déesse devant un super panorama. Ensuite, nous nous encordâmes pour traverser le glacier jusqu’au couloir qui allait nous amener de l’autre côté de notre aventure.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est ben beau!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arrivés devant le passage rocheux et glacé vers l’autre vallée qu’il nous fallait monter –

aude-2

mais surtout – horreur – descendre à pied, j’ai un peu les genoux mous car de l’autre côté, c’est très escarpé et assez glacé à l’ombre. Sigurd fait l’inventaire de la situation.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un vrai homme viking

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je dois avouer que c’est le seul moment de tout le voyage ou j’ai pas vraiment beaucoup aimé ça…

aude-3

eek! ça m’a pris un temps fou et les gars ne comprenaient pas très bien mon sentiment

aude-4

Mais ce fut bref, et il nous fut immédiatement donné de voir cet énorme bout de glacier bleu qui surplombait la très longue descente qui, réchauffée par le soleil de l’après midi, nous a permis de faire des belles traces sur un canevas blanc et passablement doux.

aude-5

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vaut mieux tard que jamais – la bière nous attendait patiemment après un bon dix heures de route. Fatigués et heureux, nous nous installons dans le dortoir de notre nouveau refuge, la Franz Senn Hutte. C’est pas mal moins confortable d’être dans un dortoir plein de zouaves qui aimes te flasher la frontale dans la face en ronflant à toute heure du jour en faisant du cliquetis de piolet et de la claquette de crampons. On sent que le refuge est vraiment plus gros – alors que la Ambergerhutte accueillait 70 personnes, la Franz Senn a une capacité de plus de 300, étant en plus beaucoup plus accessible. On y croise plusieurs groupes venus là pour des évènements ou des formations, dont un immense groupe de médecins prenant un cours de secourisme neigeux et un groupe d’étudiants en plein air Norvégiens avec lesquels Sigurd a essayé (sans trop de succès) de faire de la conversation. Bref. La bière est bonne et ici il y a de la blanche foncée (oui oui ça existe ce concept!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Joie et succès

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici aussi, on trouve une guitare et en bonus une gang d’anglais fort sympathiques venus passer des vacances en côté-masculin-de-la-famille. Gouy se fait chaudement applaudir à chaque interprétation.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le coucher du soleil étant ce qu’il est, il faut bien le photographier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici on voit la petite pancarte qui sert à tester le signal de ton transmetteur pour avalanche avant que tu quittes la civilisation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et ici nous avons la mini-télécabine munie d’une boite qui se promène de haut en bas du flanc de montagne pour livrer des vivres et du matériel pour sustenter toute cette multitude de gens. Nous avions très le goût d’emprunter la boîte pour nous éviter la descente de qualité douteuse vers le fond de la vallée saisi d’été, mais pas de chance…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a une très jolie vue de la fenêtre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et le mimosa fait ode au printemps

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour la quatrième journée de notre aventure, il fait encore beau! Au programme, un petit tour qui se veut reposant en allant vers le Wilden Hinterbergl (3 288m) en passant par la Turmscharte, un autre passage magique par dessus un mur de roche et de neige vers une autre région de montagnes.  Nous entamons cette route vers le glacier pour la troisième fois, car toutes nos destinations se trouvent autour de lui.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soleil réchauffe tranquillement nos visages fatigués

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

here we go again

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce glacier, c’est beau

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et les courbes de neige déposée doucement dans les creux des pics rocheux sont toutes sensuelles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allo! J’ai un bronzage de moitié de face

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dès qu’on recommence à monter on se rend compte qu’on commence à être un peu fatigués des huit jours de rando que Sigurd et moi avons dans le corps, quatre pour Gouy.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai l’impression d’avoir atteint ce lunch, juste sous le mur de pierre, avec les dernières gouttes de ma force. Il faisait tellement chaud, et le soleil était tellement éblouissant, et j’étais si fatiguée que je m’endormais littéralement au volant, passant de longues secondes à mettre un pied devant l’autre les yeux fermés pour échapper à toute cette blancheur trop éclatante. Mais le lunch a été fantastiquement relaxant!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les bros pensent la même chose

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a de très belles roches qui rendent le décor graphiquement intéressant

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et, grâce aux cordes fixes et à notre expérience acquise il y a deux jours, l’ascension du couloir neigeux se passe très bien

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

comme vous pouvez le voir sur ce sourire de succès

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous apercevons un groupe de bulgares approcher le sommet par le glacier, un chemin assez dangereux que nous avons évité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le groupe est satisfait

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oui

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et, sans trop d’embûches sauf une grosse file d’attente pour redescendre les cordes fixes, nous skions tranquillement vers notre dessert de crêpe géante saupoudrée de sucre en poudre et baignée dans de la compote de pommes, un délice très autrichien nommé Kaiserschmarrn. MIAM!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfin, pour finir l’aventure et mettre nos corps complètement à bout, une pièce de résistance nous attendait: le Ruderhofspitze, 3 474m, le troisième plus haut et le plus reculé sommet des  Stubaier Alpen, encerclé de montagnes imposantes et inaccessibles. Le plan original, le plus glorieux, impliquait qu’on en fasse la descente en ski sur le flanc opposé à notre montée, ce qui nous aurait permis de skier sur 1 700 mètres verticaux tout droit jusqu’à la route. Par contre, le flanc étant assez exposé aux avalanches du à son inclinaison et à son exposition au soleil qui rend la neige instable avec la chaleur qu’il faisait, on nous a recommandé de ne pas tenter le diable et de redescendre par la longue route, en revenant sur nos pas. Nous avons été un peu déçus de ne pas pouvoir accomplir le plan 100% de rêve, car finalement la météo était beaucoup plus froide que prévu et un départ à la noirceur aurait pu nous permettre de nous exécuter. Malgré tout, on pouvait pas vraiment se plaindre – tout était absolument spectaculaire, et… il faisait encore beau, pour la dixième journée d’affilée, comme à tous. les. jours. de. nos. vacances…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le ciel du matin avait une belle gueule

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est la cinquième fois qu’on remontait vers la tête de ce glacier mais la lumière renouvelait à chaque fois le paysage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’était la journée la plus froide de notre périple comme on peut en juger par ce manque de bikini. C’est seulement après trois heures de montée, au sommet du premier glacier, qu’on a rejoint le soleil

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et le gros monstre vert au sommet du glacier brille de mille feux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

courbes sensuelles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

en haut de ce glacier il y avait un cirque de montagnes vertigineux, encerclant le vaste plateau de neige ou on se trouvait et nous isolant de 360 degrés d’inconnu qui se trouvait de l’autre côté de ces murs. Gouy disait qu’il serait bon d’y faire un jour un haut lieu de combat de chèvres (?)

Après une petite marche dans ce no-mans-land lumineux, nous sommes arrivés au pied d’une autre longue arête épeurante. Nous n’avions pas amené nos crampons en espérant une température plus chaude et donc une neige plus molle, et il nous a fallu un peu de concentration pour négocier le petit bout de presqu’escalade qui se déversait d’un côté et de l’autre dans de grands abîmes.  Ensuite, une petite promenade sur un sentier haut perché nous a offert une vue tous côtés sur le coeur du Stubai

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il fallait pas tomber tout de même

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

dernier sommet entre bros MSG – check!

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Berg Heil!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vue de la descente qu’on aurait pu faire si on avait amené nos skis jusqu’ici nous est présentée par le petit homme qui la descend avec beaucoup d’appréhension visible, sous la cordée de français

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ça va

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je me tiens après Sigurd pour ne pas tomber du sommet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La flasque, à ses derniers balbutiements. Elle a eu un trou à la fin du voyage, ce qui empestait mon sac d’une odeur très inappropriée de scotch fumé. R.I.P. flasque! Tu fus aimée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La team

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La descente spectaculaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

les petites personnes que nous sommes dans toute cette immensité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un orage brassait alors qu’on retournait au refuge, un vent fou se levait et un arc en ciel encerclait le soleil

europe2015-263

La grande classe, un petit repos et un petit repas avant de repartir vers la civilisation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rapidement, la neige s’effondre sous nos pieds et on doit contourner roche, boue, sapins et ruisseaux. L’été fait rage en bas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

c’est très difficile, avec nos jambons tout fatigués

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On était là-haut ce matin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les derniers mètres en ski de 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On lâche pas! Il était possible de nous apercevoir en train de manoeuvrer sur un seul skisur une bande de “neige” d’une quinzaine de centimètres de large et de quelques millimètres d’épais sur le côté de la route – c’est pas fini tant que c’est pas fini!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et nous voilà rendus au taxi, en train de manger nos restants de chocolat et notre chaud camembert et notre salami depuis longtemps enfoui au fond du sac. Tout a l’air bon maintenant!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sapin!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

à l’arrêt d’autobus, nous célébrons notre immense succès incontestable avec un sac de Crunchies et une bonne bière ouverte avec les moyens du bord en observant une autrichienne attendre l’autobus en costume traditionnel plein de belle jupe et de décolleté endentelé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les célébrations continuent le lendemain alors qu’on retourne enfin à notre cher Empreis et qu’on s’achète le nécessaire pour notre bouffe matin signature – le breakfast burrito! On s’empiffre de bonnes choses

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et, pour finir ces vacances absolument parfaites, il n’y avait pas d’autre option que d’aller au spa s’envelopper le corps nu et endolori dans de douces vapeurs aromatiques, des sensations thermiques fantastiques et des piscines chaudes extérieures avec pleine vue sur les montagnes. C’était ma première fois au spa, quel bonheur de l’avoir fait avec les boys, avec petit tour de vélo en prime!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis, c’était la fin. Je suis embarquée dans le train qui me ramenait vers Zurich au coucher du soleil, triste de laisser les gars au bord du quai, armée de deux petites bouteilles de J.P. Chenet, de pâtisseries, de bretzels au beurre et de mon carnet, ou j’ai écrit sur la vie pendant des heures en voyant les sommets défiler dans la vitre, dans l’autre direction. Je ne savais plus ce que c’était Montréal, ou l’efficacité énergétique, ou un bureau, j’avais l’impression d’être partie dans un rêve pendant des mois, mon cerveau focusé seulement sur la route à suivre, les mètres à monter, le soleil dans ma face, la faim, le sommeil, ma concentration dédiée aux avalanches et aux arêtes glissantes, baignant dans l’amitié MSG que j’ai déjà hâte de retrouver à Pâques prochain ou nous ferons vivre la tradition.

En finale, je vous présente l’Irlande par soir de pleine lune.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les trois parfaits printemps de 2015 | 1: Suisse, feat. Reto

Foules en délire, me revoici avec un récit de vacances! Ce n’est pas que les aventures manquaient – l’hiver fut plein de merveilleux weekends enneigés, mais j’ai été trop submergée par la vie pour mettre des photos ici. J’attendais ces vacances de Pâques avec impatience, et elles ont été tellement grandioses que le retour se fait en force avec des centaines d’images!

Le plan était excellent et impliquait un combo de montagnes, de chers amis, d’escalade et de beau temps. En arrivant à Zurich, j’allais d’abord trouver Sigurd, qui arpentait la Turquie et l’Europe de l’Est depuis des mois à bord de son vélo, puis on allait se faire ramasser par Réto, dont vous vous rappelez peut être de mes aventures cyclistes chinoises telles que ma fête dans le Tiger Leaping Gorge. Après avoir passé la semaine chez lui dans sa petite vallée couronnée de sommets enneigés, nous allions rejoindre notre enfant Gouy fraichement installé en Autriche pour continuer la tradition des vacances épiques du trio MSG.

Ayant été séparée de tous ces gens depuis longtemps, j’étais très fébrile en quittant la maison décorée d’un gigantesque sac de ski bien rempli, d’un sac à dos plein de métal garantissant ma sécurité sur glacier et encombré en plus de speakers d’ordi pour expatrié, de bagels, de beurre de peanut, d’une tente-cadeau et de tire d’érable, et de mon bagage cabine me greyant la devanture.

Premier chapitre – la Suisse

europe2015-8

Les retrouvailles de tous à Zurich en ce dimanche matin étaient merveilleuses! Long time no see mais personne n’a changé! Sauf quelques personnes qui se sont laissé pousser un peu de barbe…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous visitons les rues désertes de Lucerne en nous rappelant que le dimanche, il faut essayer de ne pas avoir des besoins qui impliquent l’ouverture de magasins

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En chemin vers chez Reto nous arrêtons dans le magnifique village d’Interlaken, ou j’étais passée toute jeune lors d’un voyage en Europe assez flou dans ma mémoire ou j’avais visité cinq pays en dix jours. Ces maisons sont tellement en bois que lorsque le vent chaud et sec souffle des alpes, on interdit de fumer dans le village.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a une vieille église au pied du lac entouré de montagnes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Arriver chez Réto avait satisfait tous mes rêves les plus fous – il habite dans une superbe vallée dans un village au nom poétique de Sharnachtal

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

dans une gigantesque maison en bois massif construite au 18e siècle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

un beau jardin et des ornements vraiment émouvants comme ce pot de pensées et ce petit banc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et avec cette vue

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La raclette du soir s’inscrivait parfaitement dans ce fantasme suisse, et le fromage venait d’une petite fromagerie artisanale non loin de là, fournisseur officiel de raclette de la famille depuis des générations

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On prend ça relax la première journée car je n’ai pas dormi une seconde de ma nuit d’avion, mais le lendemain matin on met les peaux sur les skis, on met les skis dans l’auto et on hit the hills!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous partons de chez Reto, un endroit spectaculaire, et nous traversons plusieurs endroits spectaculaires pour arriver à cet autre endroit spectaculaire au bout de quinze minutes d’auto.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des sapins suspendus sur des falaises en surplomb, tout enneigés de la bordée de plusieurs jours tombée juste à temps pour mon arrivée, alors que le fond de la vallée et vert et chaud.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes partis un peu tard et nous contemplons la belle poudre légère que nous verrons ramollir avant de commencer à descendre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous passons sous le drapeau suisse accroché sous une falaise en surplomb par les deux inventeurs Suisses de l’ascendeur sur corde. Un moment d’histoire!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tout brille de mille feux, la glace qui fond, les pluies scintillantes de neige légère soufflée par les petits coups de vent

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes vraiment bénis par les dieux – j’arrive au premier jour de beau temps depuis longtemps, et il fait TRÈS beau

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Salut la Suisse!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

tout est parfait

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On prend une pause à l’extérieur d’une hutte inhabitée ensevelie sous la neige pour faire découvrir à Reto son premier scotch de haute voltige. J’ai décidé de faire une folie et d’acheter pour le voyage une bouteille de Laphroaig pour agrémenter toutes ces parfaites journées d’une petite flasque de perfection. Meilleure décision de 2015! Reto est en extase. Nous regardons la belle vue en sirotant ce nectar froid, complexe et fumé

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

miam

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

on continue notre tour de plaisance

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et il commence à faire chaud! Après un hiver très très très froid à Montréal (avec le février le plus froid en 115 ans),qui rageait encore quand je suis partie, je savais que j’aurais vite envie de sortir mon bikini dès que le mercure afficherait des traces de positivisme. J’ai CHAUD!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous rencontrons une gang de suisses qui prennent cette photo et à qui je parle dans un allemand beaucoup trop propre, incrédule devant le fait qu’ils comprennent ma pensée à partir des sons qui sortent inexplicablement de ma bouche (j’ai pas parlé allemand depuis des années!). Je pas mal confuse par ce fameux suisse allemand qui sort de la leur, qui franchement a très peu de ressemblance avec les langues que je connais.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En arrivant au sommet on célèbre avec plus de nectar magique et apparemment tous les gens au sommet sont un peu abasourdis par ma tenue légère. Mais on a vraiment eu un hiver très froid à Montréal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Awww les gars!

 

europe2015-26

Après une descente merveilleuse

 

nous revenons dans la chaleur de la vallée et nous mettons nos skis à sécher contre ce beau mur de maison suisse

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

après quoi nous buvons quelques bières et nous faisons cuire dans l’herbe qui vient tout juste de pousser

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est maintenant le temps de l’interlude mode-pour-homme. Sigurd arrive dans la civilisation et découvre la société.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fait, nous avons arrêté à la station d’essence pour acheter des steaks dans leur minuscule dépanneur. J’étais impressionnée de constater que des steak emballés sous vide étaient une des seules denrées réfrigérées que le dépanneur avait en stock! Nous nous dirigions vers le lac pour s’y baigner à la suite d’une idée lancée quelque minutes auparavant un peu en blague, parce que comme vous pouvez en juger par la couleur des montagnes derrière, l’eau était froide!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Armés de courage et d’esprit épique, nous avons déposé notre steak sur le banc de parc, enlevé nos tuques et nos manteaux de duvet et nous sommes immergés, tout crispés, en beuglant des cris de victoire. Après ça nous avons grillé notre butin avec du bois de grève un peu comme des itinérants, en faisant semblant que l’été était vraiment commencé. Nous avons mangé ce souper composé uniquement de viande de dépanneur grillée comme des vrais chasseurs en se passant le steak de dents en dents. Nous étions si heureux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jour 2 – on se lève tôt pour de vrai. Tous les jours subséquents de mes vacances ont commencé avant 5h AM, augmentant de 3h mon décalage horaire!

Nous arrivons à destination à l’aube, alors que la pleine lune se couche. La lumière est incroyable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce matin là il fait très froid et nous avançons sur une neige complètement glacée et croûtée, fouettés par le vent. Je me sens un peu découragée et j’ai l’impression que je ne vais jamais réussir ce sommet, comme il m’arrive souvent quand je ne vois pas le soleil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

heureusement mes craintes se dissipent dès qu’on traverse enfin cette frontière bleue vers la lumière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Réto trace héroïquement les premières traces de la journée dans une neige difficile

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois arrivés au soleil je suis totalement rassurée par la dégustation des sandwich aux œufs que j’avais mis un temps et un amour fou à préparer pour nous tous la veille. Ça fait entrevoir à Sigurd un monde meilleur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

on continue, presque seuls, dans un glorieux paysage immense

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sigurd dans sa trace

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est énorme, et il fait encore beau

europe2015-41

Au sommet, pourtant très exposé et s’élevant presqu’à 3,000 mètres, il fait encore plus chaud que la veille, et il n’y a même pas un soupçon de vent! Nous nous mettons encore plus tout nus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le scotch traditionnel de la victoire et de l’amitié est parmi nous

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vue à 360 degrés est à couper le souffle et nous mangeons du chocolat suisse et des biscuits à l’Ovaltine en contemplant ces géants

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite les gars se préparent à défier la gravité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et nous descendons dans une poudreuse absolument incroyable, la plus belle de ma vie, un nuage doux, silencieux, élastique. Nous flottons dedans en 3D, en plongeant et émergeant des virages que nous traçons dans ce canevas vierge, devant un paysage grandiose complètement offert à nos pieds

Une fois descendus nous faisons notre baluchon pour aller visiter les vallées du sud ou se trouvent les montagnes les plus massives du pays, question de voir une amie de Reto et faire un petit roadtrip.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour passer sous la chaîne de montagnes, nous mettons le char sur un train à plateforme qui nous transporte pendant un quart d’heure dans un tunnel absolument noir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sigurd émerge totalement endormi de cette expérience

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En arrivant à destination chez les parents de Rachel, j’ouvre immédiatement une boutique éphémère de linge qui pue mais je n’accepte pas les cartes de crédit

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Reto et Rachel, blonds jeunes et énergiques, planifient la sortie du lendemain

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

puis nous allons faire une petite marche santé après le souper

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et le lendemain lever à 4:00 AM. Nous partons à la noirceur totale, au clair de lune, et arrivons cette fois aux premiers rayons de l’aube.

europe2015-58 europe2015-59

C’est beau! Le matin promet, et il fait encore… 100% beau

europe2015-60

Caméra de iPhone mais beauté du paysage

europe2015-61 europe2015-62 europe2015-63

Cette journée là je trouve ça tough – probablement un mélange de fatigue et d’altitude (on monte à 3500m) mais je suis vraiment lente et je prends du retard sur nos amis. Sigurd m’encourage en me nourrissant de biscuits et en me disant que je suis bonne pareil mais je suis toute étourdie et un peu abattue. La montée est très glissante et glacée et les autres randonneurs ont l’air de souffrir un peu – on arrive même à l’aide d’un groupe de français tombés à terre d’épuisement en leur offrant notre flasque de petit remontant. Mais on y arrive quand même!

europe2015-64 europe2015-65

La nudité se multiplie!

europe2015-66

La descente par contre a été fantastique alors que la neige a fondu au soleil, et nous arrivons au parking satisfaits. Nous montons immédiatement un campement gitan ou se passe sandwich, crème solaire, bronzage, pieds nus, chocolat et whisky pendant une bonne petite heure. On est bien dans le parking!

europe2015-67

Pendant ce temps dans la vallée il faisait environ +1000C. Nous allons acheter une crème glacée avant de nous écraser, impuissants, sur la terrasse, complètement dominés par le soleil. Il est midi et on a tant accompli!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La prochaine destination du fantasme suisse c’est FONDUE! Pour ce faire il faut qu’on réussisse à attraper le fromager avant la fermeture et donc attraper le train-tunnel de 17h. On pousse la petite bertha tellement fort qu’elle surchauffe et nous abandonne brièvement. Les gars en profitent pour se chauffer autour du radiateur, une activité fraternelle ancestrale qui crée depuis la nuit des temps un lien indestructible entre deux hommes.

europe2015-69

Nous réussissons! La perfection Suisse continue avec fondue, patates et barbecue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons racletté, skié, nagé, gazonné, chocolaté, barbecué, et roadtrippé, et comme si ce n’était pas assez parfaît comme succession d’activités plaisantes, nous en avons rajouté en ayant grimper, parce que, comme d’habitude, il faisait encore beau. J’avais amené de Montréal mes souliers d’escalade dans un accès délirant d’optimisme mais je ne pensais pas vraiment qu’on aurait la chance de s’en servir. Faux! Alors que de douces fleurs du printemps émergeaient du tapis de feuilles mortes,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

nous étions au pied de la paroi en t-shirt, contemplant le légendaire Eiger qui s’élevait de toute sa masse blanche à presque 4000m d’altitude juste en face de nous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Premier barbecue, première baignade, première poudreuse et première escalade extérieure de l’année tout en 48 heures!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’en profite pour prendre des belles photos artistiques mais le changement soudain de lentille fixe de ma caméra, de grand angle à portrait, me déboussole un peu je pense. La bouche me tombe à terre quand je constate cette photo de … noeud en 8.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Reto nous fait découvrir les très solides et très très très croquants biscuits suisses au zeste de citron, qui sont absolument les meilleurs biscuits que je n’aie jamais mangé de ma vie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et le saucisson est bon

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les biscuits sont légendaires en Suisse et nous procurent beaucoup de plaisir. Reto nous raconte même quelques épisodes cocasses de sa vie les impliquant, dont un gars dans son cours qui en mangeait et dérangeait toute la classe, car, l’ai je dit plus haut, ces douceurs sont extrêmement croquantes! Nous procédons ensuite à créer d’autres moments de vie merveilleux avec ces biscuits.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sigurd n’y est jamais arrivé pendant toute la séance photo…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La roche est bonne

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rachel et son amie sont à la fois adorables et vraiment fortes!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Moi je subis de l’intimidation de mes pairs et je monte mon premier lead de l’année, plein de soleil, de peur et de chute!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

nous sommes fascinés

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

allo!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis, nous décidons de créer un autre biscuit-memory en testant sa force en tant qu’ancrage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

euh… concluant!! une corde de 70 mètres d’un poids de 4-5 kg est soutenue sécuritairement par l’aliment. Quelques jours plus tard, Réto a envoyé ces images  troublantes à la compagnie de biscuits qui l’a recompensé en lui en offrant deux kilos gratuits.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voila un autre après midi parfait

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous nous rebaignons dans l’eau glacée, et nous passons une heure à juste lézarder au soleil sur le quai tout chaud sans dire un mot

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

tout en sirotant notre bière de temps en temps

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est maintenant l’heure de la leçon d’allemand! 5 à 6 mètres cubes d’humus gratuit n’est pas ce que vous pensez. C’est pas bon sur les falafels. C’est juste gros tas de bouse de vache.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous savez bien que j’aime ça la nourriture, mais que la nourriture ce n’est rien à côté des Patates. Pour notre dernier souper, et à ma grande extase, Reto nous fait aussi une démonstration de son héritage national en faisant de vrais Rösti qui me font fondre de plaisir et m’émouvoir devant la versatilité de la patate et sa capacité à nous  faire l’aimer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suis si émue que je renverse du whisky sur la table, mais je le ramasse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et pour dessert, autre spécialité suisse à la crème de noisettes, meringue, Baileys, crème fouettée et fraises dont le nom m’échappe, mais pour laquelle les Suisses ont un outil squeezeur spécial qui ne sert qu’à cela.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sigurd n’y tient plus et veut sauter l’étape de l’assiette

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On est trop contents!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Donc la Suisse, la météo et notre merveilleux hôte obtiennent des notes supérieures pour un cinq jours des plus parfaits que l’on ait pu espérer. Le pays ou on entend la radio yodler en roulant au pied des montagnes

Épuisés, repus, et excités devant la possibilité d’un autre plein de jours potentiellement tout aussi parfaits, nous prenons place dans le luxueux TGV Zurich Vienne. Prochain arrêt – merveilleuse Autriche! Restez à l’affût, le billet est déjà en rédaction!