L’école

L’école était difficile. Même quatre heures par jour là me mettait un peu à bout.

Les enfants n’étaient pas exactement sweet, les filles se bataillaient entre elles, les gars se bataillaient encore plus. Aucune discipline et pas beaucoup de notions d’autorité. Manque de locaux, manque de profs, manque de motivation, manque de parents alphabétisés.

Manque de rêves, aussi. Pas grand monde rêvait de devenir quelque chose.

Mais on comprend vite que le problème est justement là, que c’est les défaillances de l’enseignement de petites personnes qui fait de grandes personnes qui manquent de motivation et de respect.

Voici la petite école vue de haut. J’étais fascinée de découvrir cet endroit un peu au milieu de nulle part sur un chemin de terre, plein de brouhaha et avec vue sur les montagnes.

honduras-014.jpg

À la récréation avec une petite enfants. Les petites enfants avaient une tendance incroyable à nous prendre par la main.

honduras-032.jpg

Exemple de discipline de classe pendant l’heure des cours. Il y a presque rien à faire si un enfant refuse d’écouter ou de faire ce qu’on lui dit de faire. Les parents ne font pas grand chose, être expulsé de l’école n’est que libérateur, passer l’année est inconditionnel parce que les profs veulent pas être pognés avec les mêmes cas à problèmes l’année suivante, ainsi que decevoir les parents.

honduras-137.jpg

On voit la motivation transparaitre.

honduras-136.jpg

Comme j’avais dit dans mes emails, chaque prof avait deux niveaux en même temps, et donc des trois heures par jour d’enseignement, t’avais une heure et demie par niveau, dont une heure de discipline et de criage après ceux qui se mettaient à manger, sortir du local, parler, rire, crier, et jouer aux billes. Ce qui laisse une demi heure par niveau donc deux minutes par élève. Ce prof là était le meilleur des trois – le plus intéressant, le plus motivé, gentil et talentueux. Le monde était même assis dans ses cours la plupart du temps.

honduras-135.jpg

Le temps de la collation – aliments payés par le gouvernement et préparation assignée à tour de rôle aux parents. Ce qui faisait que la plupart du temps les enfants à l’école n’avaient rien à manger et les parents se cuisinaient un bon repas à la maison avec le riz fédéral. Ce qui faisait que certains enfants mangeaient vraiment peu.

honduras-107.jpg

Moi et une des gentilles petites enfants.

honduras-106.jpg

Mon superviseur reçoit un câlin de groupe pour sa fête alors qu’il vient me porter à l’école avant de repartir pour la capitale.

honduras-005.jpg

Petits enfants qui ont l’air gentils :) Non mais il y avait plein d’enfants qui étaient effectivement vraiment gentils. Au moins ça me consolait qu’avant moi, Stéphanie avait aussi pas mal rushé avec la discipline, tout en étant prof de primaire de vocation.

honduras-004.jpg

Moi sur le chemin de l’école. C’est cool parce qu’à la fin tous les enfants dans un rayon de trois kilomètres de chez nous me disaient “Hola profe Marina” en me voyant passer dans la rue.

honduras-029.jpg

Après tout plein de mes élèves ont fini par s’améliorer full pis plein ont vraiment amélioré leur lecture et leur maths de manière spectaculaire, c’était juste un processus long et presqu’imperceptible dans le quotidien, et ponctué de cas problèmes à la dix.

Je me demande si j’ai toujours aussi peur des enfants qu’avant.

Leave a Reply