Le jour J

Alors, mes amis, le jour J est arrivé, contre toute attente.

Le travail a fini paisiblement il y a un mois, avec la dernière semaine ponctuée de merveilleux soupers faits par la famille de Sigurd et par mes collègues. Ensuite il y a eu la vente de garage, les boîtes, l’Armée du Salut qui a hérité de deux gros sacs de jolis vêtements, puis l’avion pour Montréal.

Montréal a été une expérience renversante étant donné que je me suis absentée pendant deux ans, et que je me suis absentée en Norvège. Dans l’avion d’Air Canada Londres – Montréal, bien gavée de vin d’avion, j’ai entendu l’hôtesse de l’air dire que nos affaires doivent aller dans les “over’ead bine” et j’ai souri a grandes dents en voyant les lumières de Montréal s’approcher rapidement de moi. Les boulevards! les autoroutes! les centres d’achats laids! OUI j’aime ça.

La première chose que j’ai faite à Montréal était d’aller à l’épicerie. Ma mère a du rire de moi pendant toute l’heure et demie qu’on était là – je dansais, exhaltée, avec des cannes de maïs en crème dans les mains, la laitue romaine, les Vector, les bagels, le fromage Petit Québec, la boîte de cretons, et toutes ces petites choses que j’ai trouvée dans cet océan de choix qu’était le Maxi, avec son plafond haut comme le ciel et ses vingt allées interminables. J’ai éprouvé une stupide mais réelle sensation de liberté, qu’on me laisse choisir ce que je veux manger ce soir, et qu’on ne me punisse pas par centaines de dollars pour avoir faim.

Ma mère a profité de mon enthousiasme pour manger plein de nourriture maison que j’étais heureuse de faire, notamment un fantastique gros vrai pâté chinois.

J’ai passé les premiers jours à m’emerveiller devant tout ce que j’avais oublié des rues de Montréal, mais surtout de la simplicité vulnérable et humaine des gens qui m’entouraient. J’aime le Québec et les québecois. J’aime entendre l’espagnol, j’aime que tout le monde soit gay, j’aime voir les différentes couleurs, les punks, les Avril Lavigne, les gars qui sortent de chez La Cordée…

J’aime marcher dans la slush, j’aime les lumières de Noel partout, les gens qui grattent leurs chars et les cents endroits pour déjeuner. J’ai rencontré mes amis, c’était comme si je n’étais jamais partie, et je me suis encore laissée fasciner par ses personnalités improbables, intéressantes, drôles, créatives et pleines d’amour. Ah!

Il y a deux jours je suis revenue ici a Trondheim, mais cette fois sans la rancoeur habituelle – seulement pour deux jours. J’ai pardonné à la Norvège mon incompatibilité avec elle. Sigurd et moi avons fait nos sacs hier et nous avons tout vidé et tout lavé aujourd’hui, pour la troisième fois depuis qu’on vit ici. Cette fois nous n’avons presque rien gardé, et je suis assise dans un appartement scintillant qui résonne de vide. Dans le coin, nos deux sacs à dos seulement – voici le mien. Je suis fière et surprise que tout ce que j’avais envie d’amener entre dans ce truc de 44 litres, incluant un sac de couchage, un tapis de sol et une moitié de tente.

Demain nous serons à Paris, ou François, Camille et Alex ont décidé de nous rejoindre à la dernière minute. La journée s’annonce fantastique, et elle finira sur notre grand voilier la nuit prochaine. Seulement une trentaine d’heures nous séparent donc de notre grand départ vers l’océan, et vers le monde. Wow! C’est le jour J mes amis.

Voici donc le contenu de mes bagages.

pack (1 of 1)

Leave a Reply