Chez Darwin – San Cristobal, Galapagos

Après trois jours de célébrations d’arrivée nous avons été déguster notre chance d’être ici. Même en entrant au port la nature est partout – les lions de mer s’entassent sur les escaliers et les trottoirs, les pélicans se reposent sur les grandes roches tout autour et les crabes colorés grouillent sous leurs pieds.

Les sites sont gratuits pour nous car les 100$ pour l’entrée au parc national est deboursée par les touristes qui viennent en avion ou en bateau de croisière. Nous allons en premier visiter les grandes tortues!

Les tortues sont énormes et effectivement extrêmement sédentaires – quelle lenteur spectaculaire! Lorsqu’on s’approchent d’elles, elles se réfugient dans leur coque en expirant très fort. Elles ont aussi l’air de porter du eyeliner!

entre les arbres on a trouvé toute une armée de bêtes

“J’ai cent ans et toutes mes dents”

Alimentation : des ptites feuilles vertes que j’ai ramassé hier et que je tiens dans ma bouche en attandant de les mâcher à un moment donné. Ouaip. Ce sont mes ptites feuilles! Pis je vais les manger.

Je marche!

Je marche!!! yessss

Ah! quessé ça sur mon chemin? ça a l’air d’une roche! hmmm.

qu’est ce que t’en penses toi? ah c’est mon ami Albert? ah…

J’ai pas le goût de faire le tour anyway…

Après les tortues, on est allés visiter une super jolie plage sur la côte nord de l’île. Les vagues étaient spectaculaires et on a vu des tortues nager dans l’eau!

Adonis l’explorateur

Le capitaine vagabonde romantiquement dans le vent

Les quatre petits namis!!!! Salut!

El amor en el corazon

Plage! plage!!! Le courant de Humboltd rend la nage difficile par contre – c’est froid en maudit!

Folle danse tribale

Le fou à pattes bleues trouvé avec joie sur la petite falaise qui surplombait la plage.

Très lentement, j’ai pu m’approcher de l’oiseau si près que j’aurais pu le toucher! il aimait bien regarder dans toutes les directions et se fouiller sous les ailes.

Pendant l’une des nuits de fête les gars ont ramené ce flamant rose en béton armé à moitié décomposé à coup d’efforts herculéens. Ça nous a pris une bonne heure pour ramer jusqu’au bateau parce que soit on oubliait de ramer, soit on oubliait de penser.

J’ai du passer des heures à observer ces superbes crabes tout colorés qui couvrent le bord de l’eau

nous nous sommes cassés les yeux en essayant de trouver les igouanes de mer entre les roches noires – une entreprise épuisante!!!!

La côte ouest est sauvage et pleine de mer passionnée

Pichou – mouchi – kouchi maman lion de mer!

Les vagues sont énormes et ce doit être le paradis du surf pour les gens qui ont un wetsuit vraiment épais!

amour de phoque dans la lumière d’or!

il faut aussi s’amuser dans l’eau! plif – plaf

Le fou à pattes bleues en vol

Adonis observe rêveusement l’horison

sous un arbre empoisonné qu’il faut pas toucher!!!

Pour aller et venir sur notre bateau, nous sommes transportés par ces jolis taxis d’eau garnis d’un drapeau Ecuadorien. Quand on monte à bord, personne n’a besoin de s’expliquer car tout le monde nous connait – le Capitan Loco sur le voilier Flamingo!

un suspicieux petit héron!

Pélican! Il a l’air bien pédant!

Pélican 2, fille?

Repos parmi les crabes sur roche ergonomique

Évidemment, tout le monde trouve cet endroit fantastique. Quelle chance!!!

Nous allons essayer de visiter une autre île – départ ce soir vers Isabela, apparemment spectaculaire. Si on ne réussit pas à mouiller sans problèmes (nous avons un permis seulement pour le port à San Cristobal), nous allons attraper les Alizés et nous lancer vers l’immensité du Pacifique sans escale!

De retour à la civilisation dans les Marquises, de l’autre côté, dans trois semaines qui devraient s’avérer ensoleillés et plaisantes.

One Comment

  1. Bonjour,

    je recherche de belles photos de pélicans et les votres son magnifiques.
    Seriez-vous d’accord pour me les envoyer en haute définition

    merci beaucoup

    bertrand COULOMB

Leave a Reply