6100 km : con-temple la Thailande sur ses routes de soie

Après nous être fait étamper notre droit d’être en Thailande pour quinze jours (!) nous avons immédiatement mangé un pad Thai avant de nous demander ou donc on aimerait aller dans ce pays. Sans guide ni recherche, nous avons pensé rester dans le nord dans tous les cas, surtout avec toutes ces inondations à Bangkok. Nous avons acheté une carte dans un des millions de 7-11 pleins de convénience et d’air climatisé qu’il y a ici, et demandé au gars du café de nous suggérer une route pour l’après midi. Il nous a pointé en direction d’un genre de mont Sinai d’ou il fait bon regarder le lever du soleil, au prix d’une très grande montée.

Une fois décidés, nous avons entamé notre périple en demandant le chemin à un gars qui a demandé à la fin d’ou on vient (du Laos) et en nous tapant dans le dos en riant de notre réponse. Nous découvrons rapidement la source de son amusement – on voit une auto rouler vers nous en se faisant dépasser par un gros camion qui roule aussi vers nous et peut être qu’on est pas sur le bon côté de la route après tout… maudit ici on roule à gauche.

On sent tout de suite que le pays et les gens ont des moyens, que tout le monde peut et veut parler anglais, que même le plus petit resto a un menu fait spécialement pour les étrangers, et que les routes sont les meilleures qu’on ait vu dans le monde jusqu’à présent. Tout le monde est gentil avec nous et on tombe très vite sur ce joli monastère qu’on visite avec plaisir.

D’abord une petite hutte de prière toute équipée

 

un paquet de jeune moines préparant le temple pour la saison du festival de novembre, un genre de nouvel an qui célèbre la fin des pluies

 

 

la belle vue

 

 

des petits moines s’affairent à mettre de l’eau fraîche sur l’autel

 

 

la tour du tambour

 

 

une tuque!!!! shit

 

 

de l’art plutôt moderne à l’intérieur. très nouvel âge!

 

 

de la fenêtre

 

 

 

 

des belles murales sculptées

 

 

 

 

 

 

 

 

de l’eau du puits pour laver et savonner!

 

 

la belle tour

 

 

autre new age

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

puis nous prenons ce chemin vers le fameux point de vue. Full cool department of rural roads!

 

 

nous découvrons que c’est un tit peu apic… montée descente d’égale insanité, personne n’a assez de freins ni de muscles pour ça. Je n’ai jamais de ma vie vu une route d’un tel gradient – en soufflant comme un train à vapeur je faisais des zigzags aussi larges que possible sur le chemin mais malgré tout ma roue avant arrêtait pas de lever, menaçant de m’envoyer par terre à toute seconde. MALADE. Cette monstruosité (toujours avec une asphalte parfaîte) nous arrachait un commentaire à toutes les 120 secondes. T’en reviens tu? Ça a pas de bon sens! Et tout ça pendant 20 km. Une mongolerie.

 

 

 

quand c’était encore un peu tolérable de le faire en pédalant

 

mais c’est vite devenu pire! à six heures il nous restait encore huit kilomètres à faire… complètement dans le noir, et la route s’est dressée comme une pente de ski double noir. On ne voyait pas plus de dix mètres d’asphalte derrière soi avant qu’elle disparaîsse dans le gouffre qu’on venait de grimper. Seulement des motos et quelques motos pouvaient gravir cela, et ça sentait le frein brûlé après ceux qui descendaient. On est arrivés à 20h30 après presque trois heure de marche épuisante à pousser nos machines, complètement affamés.

au moins 30 degrés! pas truqué, voyez les palmiers en arrière plan

 

 

 

juste avant d’entamer notre montée, on s’était perdu dans un verger de pamplemousses et deux gentils hommes nous en ont offert trois GÉANTS. En les sortant de nos sacs en arrivant, on réalise que les miens pesaient au moins cinq kilos ensemble… Au moins elles sont délicieuses et se prêtent bien à une séance de méditation transcendantale

 

 

Yeah!

 

 

Le lendemain on se lève à quatre heures du matin (yikes) et on va grimper ledit point de vue. Malheureusement, le ciel est complètement couvert et le lever de soleil ne se fait aucunement voir, mais on peut prendre plein de photos des surexcités touristes thai en grand nombre sur le site. Ces fakes enfants traditionnels étaient là pour se faire prendre en photo pour de l’argent, mais dans ma grande ignorance culturelle j’avais pas compris ça et ai du faire comme si rien n’étaient quand ils ont commencé à courir après moi alors que je m’apprêtais à redescendre. Oups!

 

mais de jolis nuages

 

 

 

 

Torbjorn le photographe s’exerce sur ce paysage

 

et peu après Sigurd a un beau flat

 

nous passons un petit village ou on voit ce magasin plein de vêtements traditionnels d’une qualité folle. Tout cet ensemble a été brodé à la main avec de petits X.

 

une descente agréable pour l’aérodynamique homme imperméable

 

 

une petite chute sur un joli terrain de piquenique plein de petites familles ou Sigurd, les freins cassés, roule à toute allure en dévalant les quatre marches en béton sous les sifflements effrenés du garde-parc

 

 

en arrivant dans notre première ville thai Sigurd trouve de nouveaux câbles enfin

 

 

puis on se trouve un hôtel très rose et pas cher avec du wifi, et adoptons immédiatement un chat qui nous a suivi de dans la rue en miaulant beaucoup. Sigurd lui donne vite des saucisses chinoises qui trainaient au fond de nos bagages et le chat fait comme chez lui pendant une couple d’heures dans notre chambre. Quand on l’a finalement chassé avant d’aller dormir il est resté très longtemps devant notre porte close à avoir de la peine.

 

 

animal de compagnie à louer

 

 

autre temple

 

 

 

des serpents des dragons

 

 

 

de la dorure

 

 

plein de magnolia qui sent bon

 

 

autre exemple d’aérodynamisme en bleu et rouge

 

 

une illustration de la qualité de l’asphalte

 

 

et du paysage

 

 

un vieux cycliste thai avec deux vélos (dont un Biatchi) strappés à son auto s’arrête pour nous saluer cordialement et nous donner des bananes séchées et de l’eau avant notre deuxième grande montée du jour. Décidément on a le don de trouver les montagnes mêmes dans les pays plats…

 

 

récompensés d’une autre descente géniale ou les virages étaient tellement surélevés qu’on pouvait se coucher bien bas pour les prendre bien vite

 

 

le rêve

 

 

un petit paysage en chemin

 

 

observation

 

 

 

hihi

 

on a du s’arrêter peu après pour cause de jantes en train de fondre

 

on arrive de nuit… encore

 

 

 

joli comme tout

 

 

arrivés au village je m’occupe à repriser le enième énorme trou de mon unique pantalon : le pauvre commence à être transparent après quatre ans de port intensif. Malheureusement, même ma grande solidité de couture n’y peut rien : un nouveau trou est apparu deux jours plus tard juste en dessous de l’ancien. Avec grande cérémonie, il a du prendre la poubelle :( J’ai du donc m’acheter un pantalon vraiment hippie que tous les touristes portent ici pour avoir l’air relax et exotique; -100 points pour la grâce et la sexyness…

 

Voici une partie travail qui fut fait sur ces fesses de pantalon durant la dernière année

 

 

Trois joyeux lurons

 

 

devant une belle vue

 

Enfin quelqu’un qui a trouvé un compromis! Ils ont confiance en leur pouvoir de persuasion – converting vegetarians since 1987

 

À Nan, ancien royaume indépendant, nous sommes éblouis par la beauté des temples. Ici, aucun blanc : dans le Lonely Planet ça dit que c’est loin et difficile d’accès et qu’il y a pas grand chose à faire. Excellent!

 

 

À l’intérieur de ce temple, des murales d’un détail fou

 

 

 

 

 

 

les quatre murs!!!

 

 

….

 

 

hmmm….

 

 

 

 

 

 

 

 

comme vous voyez j’ai bien aimé ce temple

 

 

 

 

 

 

 

 

c’est la saison des orchidées partout

 

 

 

 

et toujours les murs plein de miroirs colorés

 

 

bling!

 

 

 

 

la proue d’une pirogue de course longue d’une vingtaine de mètres!!! la course était trois jours plus tard et est l’évènement de l’année à Nan, mais vu notre horaire étroit nous devions continuer :(

 

 

des temples partout partout

 

 

dans un très vieux temples, peintures anciennes sur des murs tout bosselés

 

 

à côté, un petit dôme representant des scènes de l’enfer très inspirantes

 

 

iiiish…

 

 

encore

 

 

 

 

des serpents

 

 

 

 

 

des peintures

 

 

c’est tu redondant?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ces petites cloches sont partout et sonnent délicatement dans la petite brise

 

 

gargouille perplexe

 

 

sous l’escalier dans un endroit bien dissimulé

 

 

 

 

des fleurs

 

 

 

 

les lampadaires… tout en Thailande est tellement beau et raffiné!

 

 

non loin de Nan on fête notre six mille kilomètres!

 

 

avant d’arriver à Phrae, autre endroit nowhere mais avec encore une fois plein de choses à voir et une ambiance incroyable. Au marché de nuit nous nous régalons de plein de bonne nourriture

 

 

Sigurd achète des rouleaux printaniers

 

 

et des dragonfruit

 

 

des poissons

 

 

d’autres guedis

 

 

des mangues vertes

 

 

et des temples partout bien sûr

 

 

des légumes

 

 

de la friture diverse

 

 

des roties!

 

 

et d’infinis portraits du roi et de la reine : dans les écoles, les maisons, les restaurants, les temples, les affiches au bord de la route. Le roi en train de faire ci, en train de faire ça, d’arroser le riz du peuple, de prendre une photo, de porter l’habit de moine, de porter l’habit de monarche. Vive le roi! (apparemment il est très cool même s’il possède très peu de pouvoir réel malhereusement)

 

 

et sa femme

 

 

fruit inconnu

 

 

et temple temple temple.

 

à Lampang, notre avant dernier arrêt avant Chiang Mai ou Torbjorn nous quitta, on s’est réveillé avec une grosse parade défilant sous nos fenêtres. On était un peu blases mais on est finalement descendus jeter un coup d’oeil de près après une demi-heure.

 

et voilà, course folle au Laos et Thailande, horaire trop chargé, grosses journées, mal aux genoux, mais que de belles choses, de belle asphalte, de belles villes, de gentilles personnes.

Nous continuons dans quelques jours vers le Cambodge, après avoir profité du festival de lumières en cours à Chiang Mai – des photos à suivre la semaine prochaine!

 

2 Comments

  1. Salut les amis que d’aventures vous nous faites partager ! et quelle santé ! chapeau , les photos sont magnifiques .Il y a encore des petits coins tranquilles où l’homme n’a pas mis ” sa main ” admirez-les et profitez-en ça devient de plus en plus rare . Merci et vive la vie !

Leave a Reply