The International Dateline

Un petit interlude entre les terres – le lendemain de notre départ de Pago Pago nous devions croiser la ligne de changement de date et nous transporter donc brusquement une journée vers le futur. Le départ de Pago Pago m’a remplie d’un beau sentiment de liberté et m’a vraiment fait sentir la nature toute particulière des aurevoirs entre voyageurs – les adieux sont légers et bienveillants, et malgré la possibilité de ne plus jamais se revoir on apprécie le plaisir de s’être croisés, chacun dirigés vers des futurs excitants et inconnus qui font vite oublier le pincement au coeur qu’occasionne un départ.

La ligne de changement de date (180 E – 180 W) a depuis l’équateur été notre rêve de vengeance pour la torture que le capitaine nous avait infligée en passant du nord au sud (petite tenue, seaux d’eau glacée, farine et ketchup).

Le coucher de soleil était spectaculaire

l’equipage encore tout solidaire malgré toute épreuve

m’incluant vêtue d’un paréo pas rapport

l’eau était d’un rose magnifique

la vengeance – qui m’est venue dans un éclair de génie deux heures avant l’heure fatidique alors qu’on était toujours sans plan – consistait à faire franchir au capitaine la ligne de changement de date dessinée amoureusement sur le devant du bateau à l’aide d’une boite de sauce tomate. La route vers ladite ligne devait se franchir en rampant sur le ventre les mains derrière le dos, et le chemin à partir de la ligne de départ était parsemé d’obstacles (mangeables) dégueulasses et odorants et de petites doses de rum. Le tout devait être executé vêtu d’un costume peu couvrant et assez sexy (si enfilé par une jeune fille à la taille de guêpe) pendant que nous avions tous les pouvoirs en tant que International Dateline Staff.
Tres mémorable!

Leave a Reply