Loi Krathong, Festival des lumières à Chaing Mai, Thailande

Ou là là on a eu chaud! Je ne crois pas que j’aurais pu survivre à un deuxième crash de blog mais miraculeusement, grâce aux pouvoirs de JF, les 0 et les 1 se sont alignés pour éviter la catastrophe et une touchante action a été en même temps entamée sur Facebook par Calle, Sophie et François, qui ont mis en backup tous les carnets depuis Google Cache. Avec de nombreux gentils encouragements.

Je suis émue!
L’aventure continue donc sur stilldreamer : voici les lanternes de Chiang Mai!

Nous avons quitté Torbjorn dans cette métropole du nord du pays; Sigurd avait envie de continuer à pédaler mais mes jambes commençaient à cliquer de partout et d’émettre des bruits bizarres en montant des escaliers, et j’avais vraiment envie de ne pas manquer le festival des lumières à Chiang Mai – la dernière pleine lune de l’année. Comme nous avons manqué absolument tous les festivals du monde depuis 2009, il fallait ben que je mette un pied à terre. Heille!

Avec plein de sens de compromis, Sigurd a donc accepté de passer une semaine entière dans une ville (yikes!) auquel effet nous avons décidé de faire un peu de CouchSurfing (ça faisait six mois!).

Nous avons trouvé refuge chez un gentil Allemand très geek et très méticuleux, qui vivait dans une magnifique maison dans une banlieue verte à six kilomètres de Chiang Mai, une distance parfaîtement rafraîchissante.

Il a été très généreux de son temps et a passé des jours entiers à nous montrer des choses inouies dans la ville ainsi que de participer à d’interminables orgies de repas, s’étonnant sans cesse du pouvoir digestif de Sigurd, qui ne connait pas de limites.

On en a aussi profité pour faire un lavage dans une vraie machine à laver (!) à 60C (!!) et revoir la vraie couleur de nos vêtements, ainsi qu’essayer de cuisiner, à la grande surprise de notre hôte qui n’en voyait tellement pas l’intérêt avec autant de bouffe pas chère dans le coin.

En tout cas. Nous avons du attendre le festival pendant quatre jours, qu’on a passés à faire du vélo, aller au marché, rien faire, manger et faire du sightseeing avec Michael.

Voici les beaucoup trop de photos que j’ai pris quand la pleine lune est enfin arrivée : des milliers, des millions de lumières. En ce beau jour de Novembre, on se libère de ses démons et de ses frustrations en relâchant des montgolfières en papier et des petits bateaux en bananier avec une mèche allumée au milieu, garnie de fleurs et d’offrandes

Il y avait aussi évidemment une énorme parade incluant des centaines de fameux ladyboy thai qu’il était vraiment difficile de cerner à l’oeil nu car ilselles avaient souvent l’air d’une magnifique femme. Une amie de Michael est prof d’université à Chiang Mai et nous a confié qu’elle s’est fait avertir que la moitié de ses étudiants mâles allaient être des femmes à la fin du semestre. L’été venue elle a réalisé avec stupéfaction que la prophétie était exacte… Yay!! Dans la société thaie, ce genre de chose est très bien accepté, surtout dans les grandes villes, mais la vie peut quand même être difficile pour ces personnes, surtout pendant leur transformation. Ceci est plutôt un homme, mais quand même bien décoré.

 

 

Un krathong – petit bateau en bananier, décoré de chandelles et d’offrandes : une pièce de monnaie, un peu de riz, et pourquoi pas des ongles de pieds et une mèche de cheveux pour symboliser le départ des des choses sales et impures.

 

 

Des centaines de kiosques bordent les rues du centre ville, ou les filles se dévouent à la laborieuse tâche de fabriquer les milliers de petits bateaux qui descendront la rivière cette nuit.

 

 

faits avec amour

 

 

les tables regorgent de fleurs – des montagnes d’orchidées…

 

 

une belle coquine devant des bouquets de lotus fermés

 

 

et partout – ça explose! pendant des semaines avant l’événements, tous les magasins se sont remplis de munitions de toutes sortes : des petits pétards pour se jeter dans les pieds jusqu’aux grandes fusées pour les feux d’artifice multicolores. Toute la semaine dernière on pouvait entendre de petites explosions ça et là, comme une casserole d’eau qui commence à bouillir, et cette nuit là c’était la débandade totale! Des sifflements, des explosions, des fleurs de feu, tout le temps, partout, toute la nuit. Même les petits bébés sont armés.

 

 

et puis, les lanternes… les magnifiques lanternes en papier de riz, confectionnées et pliées avec soin et attachées à une tranche de rouleau de papier essuie-tout gorgé de cire de chandelle. Pour lancer ce superbe navire, il faut déplier et trouver la forme de la lanterne, allumer la cire et attendre que l’air chaud te la tire des mains. Plus on attend longtemps, plus la lanterne se hâte vers le ciel. Aujourd’hui, des millions d’elles ont rempli le ciel, relâchées vers la lune claire et ronde par des milliers de mains à toutes les secondes de la nuit.

 

 

Je m’attarde sur ce spectacle emouvant avec quelques photos

 

 

 

on pouvait ausssi attacher un feu d’artifice au vaisseau, lui donnant l’air d’une méduse magique naviguant au fond d’un océan plein de créatures silencieuses. Le mouvement lent et constant créé par toutes ces lanternes était hypnotisant.

 

 

 

à la rivière, les hordes sont rassemblées pour relâcher leurs petits bateaux

 

 

heureusement ils sont fait de matériaux biodegradables – certains même en pain!

 

 

plein d’entraide et de communion

 

 

va, petit bateau, va!

 

 

tout ce feu donne donc un spectacle assez hallucinant de points lumineux dorés qui bougent lentement en couvrant tout le ciel et l’eau autour. Il n’y a pas d’autres mots – c’est magique! On se sent dans un monde flottant et chaud, ou tout peut tranquillement s’envoler ou suivre le cours de l’eau.

 

 

Toute la semaine, il y a des parades. Voici quelques photos

 

 

les dames ont des chevelures magnifiques

 

 

Distraction : Chiang Mai choque par la sexyness de leurs uniformes. Ceci est un exemplaire d’uniforme d’université : il existe aussi encore plus court!! Ce qui est très drôle aussi, c’est que les premières années sont hideusement humiliées en devant porter des uniformes avec de laides jupes longues et plissées et un gros numéro au cou, et doivent saluer tous les étudiants d’années supérieures avec une petite chanson correspondant à leur grade. Évidemment ces filles arrivent en deuxième année prêtes à déchaîner toute la cruauté accumulée pendant leur initiation.

 

 

Autre uniforme sexy : le policier. WOW. Cette photo ne rend pas justice à l’extême talent de conception de ces vêtements si moulants et si bien taillés. Presque tous les policiers sont brûlants de hotness et je ne peux quitter des yeux les autorités de l’ordre.

 

Au milieu des festivités nous sommes allés rassasier notre petit creux dans un petit resto. Encore une fois, nous apprécions les merveilles de la cuisine thaie, pleine de coco, citronnelle et noix mais aussi de surprises! Cette soupe Tom Yum a impressionné Sigurd plus que notre resto chic français à Vientiane!

 

retour à la parade et aux lanternes et à la divination de quelles jolies filles n’en sont pas

 

 

release

 

 

 

bien sûr j’enchaîne le pas

 

 

près des grands temples, on peut voir les moines s’y affairer aussi. Les temples sont encerclés de centaines de petits lampions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

grâce

 

 

mystérieux

 

 

 

 

curieux

 

 

femme verte pleine de mystère

 

 

de retour à la parade

 

 

des fleurs dans les cheveux et un grand sourire… quand on voit tellement de ces superbes et sveltes jeunes femmes avec leur peau dorée, leurs chevelures lourdes et brillantes et leurs petits nez, on a du mal à trouver belles les filles blanches avec leurs pantalons zip-off, leurs manières grossières et leur corps balourds. C’était choquant de voir une famille de dodus anglais aux boucles dorées et blancs comme des draps contester le vendeur de crêpes par rapport au manque de sauce au chocolat. Le père s’empare de la bouteille en plastique et l’écrase à répetition dans ses grandes mains dodues pour lui faire renifler bruyamment les maigres restants de son contenu sur sa crêpe couverte de sucre et de beurre. Tourne la tête – jolie fille svelte avec une fleur dans les cheveux.

 

 

Ouaaiissss!!

 

 

..

 

 

 

 

des porteurs de chariots

 

 

 

des couples

 

 

des cracheurs de feu

 

 

Bref, ce fut merveilleux.

Le lendemain nous avons passé une journée tranquille avec Michael à déjeuner éternellement dan son jardin après un petit tour au marché du vendredi juste derrière chez lui. J’ai eu un flash de génie et découvert que papaye + lime = délicieux!

Ce voyage m’a d’ailleurs inspiré de plein d’idées culinaires, et je pense que je vais me jeter sur le four de ma mère comme un tigre après six mois d’abstinence forcée!

J’ai aussi essayé, au grand étonnement de Michael qui ne pouvais absolument pas comprendre pourquoi on pourrait vouloir cuisiner quand on peut tout acheter prêt, de faire des crêpes au bananes dans un wok en aluminium sur un brûleur à gaz avec flamme industrielle : croyez moi, ce n’est pas tâche facile!!! J’ai du peaufiner ma technique pendant 6 crêpes avant d’en réussir une qui ne soit pas brûlée à l’extérieur et crue à l’intérieur et pas collée au fond du wok. Quel bonheur! Le même soir, j’ai fait de la purée de patates, ENFIN!!!! j’étais en manque de ce mets le plus délicieux au monde depuis l’Australie! Évidemment Michael avait les yeux ébouriffés et les cheveux sortis des orbites à voir la peine qu’on se donnait dans la cuisine qu’il n’avait pas touchée depuis plus d’un an, mais il a apprécié son assiette “repas du dimanche en famille” : poulet rôti, purée, salade.

 

hiiii!

 

puis, Michael nous a amené à l’équivalent du Mont Royal de Chiang Mai, ou il y avait une jolie chute pour se rafraîchir et savourer notre pad thai et riz collant au lait de coco flanqué d’une mangue… j’en rêve encore.

 

bonheur rafraîchissant!

 

 

zombie

 

mollet de fer, biceps de fer

 

 

hiiihi

 

 

coup bas

 

 

 

America’s next heavyweight trucker! (eh oui je pèse maintenant 72 kilos!!!)

 

 

en voie au séchage

 

 

le dit riz à la mangue

 

Puis, au sommet de la montagne, nous visitons le temple le plus célèbre de Chiang Mai

 

 

C’est joli et couvert d’or

 

 

plein de myrte et de moines

 

et nous voyons enfin comment pousse le Durian!!

 

 

Sigurd est inquiet devant tant de bouddhisme

 

 

 

 

 

D’or

 

 

lotus, Bouddha, lotus, Bouddha…

 

 

autre exemple de petites cloches

 

 

L’arbre de magnolias tout vidé de ses fleurs

 

 

puis nous allons chercher le troisième souper de Sigurd qui a encore faim (tout le monde n’en revient pas). L’amie de Michael a froid (il fait 26) et je lui passe galamment ma chemise blanche. Bon on est pas rendu là, avoir froid à 26, mais je pense qu’on va avoir de gros problèmes avec le retour en Europe en décembre… brrrr!

 

 

Nous ne choisissons PAS le  German Hofbrauhaus “Y Cada Antonio”. Avec un tilde sur le N.

 

Ensuite de ça, Michael et moi nous armons de nos 50 mm respectives et allons faire une orgie de lantern-o-photo pendant que Sigurd se promène sans but, blasé. Les lanternes sont installées en grand nombre partout au centre ville et c’est très beau!

 

 

ça a l’air de ça de jour

 

un miracle qui sort soudainement d’un gros lotus en soie! Happy Birthday, Mr. President!

 

 

lanternes

 

 

Lanternes Ange de Noel

 

 

Lanternes Amsterdam

 

 

Lanternes CMYK

 

 

 

Lanternes Excel

 

 

Lanternes Chow Mein au Poulet (fun fact : on a jamais vu de Chow Mein, de General Tao, de chop suey ou de biscuits fortune  en Chine. Et jamais de sauce visqueuse dégueulasse.)

 

 

Lanterne Geisha

 

 

Feu “pétale de fleur”

Lanternet

 

Elephanterne

 

Lanternet “Le dragon de papier”

 

 

Lanterne Chinatown

 

 

 

 

Lanterne Innonence

Lanternes Scènes de Chasse

 

Lanterne Silhouette Ipod Dance

 

Lanterne fluffy

 

Mischievous Lanterne

 

Allez, une pause bracelets, on respire, et…

 

Lanterne émerveillement juvénile


Magnifiée

 

Lanterne noix de coco

 

C’est fini les enfants! Bravo pour votre patience pendant lanternance infinie de photos de lanternes. Voici l’inspiration pour mon idée culinaire “Omelette dans un gaufrier”

 

 

Et un dude en train de fabriquer des sombreros

 

 

Le massage thai!!! Mesdames, messieurs, non seulement nous avons essayé le massage thai (spécial : on te masse à coup de genoux et de coudes et de stretching mais j’aime ça), on est même allés chez le dentiste!!!  Heureusement, tout a bien été sauf que les dents ont continué à bouger dans nos bouches pendant les 24 heures qui suivirent, soudain libres de plaque après des heures de mutilation de gencives avec d’horribles crochets en métal. Yikes. En tout cas, massage thai dans la rue. 4$ une heure!

 

 

 

Un artisan

 

 

très talentueux

 

 

et tout le monde prie le Buddha en chantant des mantras en choeur. C’est très joli

 

 

Les cartes postales homemade pour les êtres aimés qui ont osé postuler au programme Postul Postal (ou ceux que j’ai forcés à me donner leur adresse). Ça m’a pris 2 heures pour choisir les photos, 30 minutes pour aller les imprimer, 3 heures pour trouver un carton, et innombrables heures pour découper le A2 que j’ai eu en carte postales et coller, coller coller, ensuite acheter des timbres, coller coller coller, écrire écrire écrire, l’air rêveur, les yeux tournés vers le ciel et le crayon entre les dents, et trouver une boite postale. Véritablement.

 

 

À part de ça, voici un temple chinois à Chiang Mai – une surprise… mais il y en a beaucoup!

 

des insectes BBQ gros comme mon index

 

un superbe temple

 

 

 

 

un moine canonisé en cire… un peu freak.

 

 

 

bis cloche

 

 

tris cloche.

 

arbre style africain

 

 

 

Temple doré à six heures, en plein milieu du marché. Michael nous a sorti au milieu de la rue pour observer un phénomène extraordinaire. Un marché bondé de monde, un brouhaha sans pareil, puis sonne la cloche de six heures, et l’hymne national retontit dans la rue. Tout le monde arrête leur mouvement immédiatement, comme quand on joue à “freeze!”, certains la monnaie levée vers un vendeur, certains avec une brochette presque dans la bouche, une musicienne de rue arrêtée en mi phrase avec son archet suspendu dans l’air, et respecte un silence immobile le temps d’honorer la patrie. Cette fois ci c’était un arrêt total réussi, mais Michael nous raconta avoir vu un touriste qui a mis du temps à réaliser ce qui était en train de se passer, continuant à se promener sans remarqur ce soudain musée de cire. Dès l’arrêt de la musique, tout repart comme si rien ne s’était passé. Le plus proche qu’on peut vivre du temps qui s’arrête!

 

 

temple bis

 

 

soies brodées au fil d’or

 

lampes japonaises

 

 

boules succulentes II

 

 

le résultat

 

 

 

Pour finir, quelques scènes de la fin de la Thailande en quittant le pays vers le sud. Quinze jours était cruellement peu, et il nous faudra absolument revenir.

Temple en bois de teck style birman, comme il y en a beaucoup dans le nord.

 

 

 

 

 

 

 

 

du beau travail de bois

 

 

trouvé sur un paravent d’hôtel, peint à la main et représentant très bien les Thailandaises.

 

 

 

toujours dans le temple de teck

 

 

Chameleon ou autre igouane vraiment adorable et sociable qui fait semblant d’être un arbre . Moi? un igouane?  non non. Je ne suis pas là pour l’instant Gilles, veuillez laisser un message après la tonalité… “Hey j’tai reconnu, t’as dit Gilles!” “Ah shitis”

 

 

portière de fenêtre

 

 

belles tours

 

 

 

Puis, soudainement, on prend un bus de nuit et après on a juste 120 km a faire jusqu’à la frontière. Après avoir passé la nuit dans un siège qui ne se baissait pas vraiment en se faisant réveiller tout le temps par des clips vidéo, les Transformers ou des arrêts.

Le lendemain, pour la première fois de ma vie, je suis vraiment en train de m’endormir au volant, les fameuses petites pauses de deux secondes pour se reposer les paupières, et j’ai besoin de boire quatre redbull et deux cafés pour inspirer mon corps à l’action.

Vivement le Cambodge!

Au marché à trois kilomètres de la frontière, la Thailande nous fait un dernier cadeau – un éléphant vient de se faire acheter tout bonnement.

 

 

 

Nous avons entendu plein d’histoires d’horreur par rapport à la frontière Ouest faisant face à Bangkok, empruntée par la majorité des touristes en Asie du Sudest. O’Smach, la frontière du nord, était apparemment ravagée jusqu’en mai 2001 par une guerre de territoire assez violente entre le Cambodge et la Thailande, mais nous l’avons trouvé bien confortable et passablement déserte.

Quelques expats qui faisaient un visa run y menaient des discussions familières avec les agents d’immigration, quelques locaux qui passaient right through. Nous étions les seuls touristes, équipés du 20$ officiellement nécessaires aux frais de visa, nos Baht thai bien cachés dans nos sacs. À notre grand amusement, l’officier a effectivement commencé à raconter des histoires sur comment on acceptait les dollars seulement dans les aéroports, et ici il faut payer en Baht (le montant qu’il voulait correspondait à …32$!) et que bla bli bla blu etc. J’ai été très cute et innocente (j’avais planifié scrupuleusement mes deux tresses Heidi) et j’ai dit ah monsieur, si on avait su on aurait pas été dans la banque echanger tous nos Baht, blah blah, et finalement on s’en est sortis avec en tout seulement 5$ de tips pour l’officier, ce qui est vraiment bien joué! On était vraiment très cutes.

Maintenant au Cambodge, gros changements en vue, j’en parle au prochain épisode.

 

Je vais de ce pas faire un backup de ce post :)

One Comment

  1. C’est beau mais il faut s’imaginer le terrorisme culturel et l’enfermement dans les croyances qui sous-tendent malheureusement tout cela. Mariages arrangés, forcés, superstitions et j’en passe.
    En tout cas c’est bien plus beau que nos feux d’artifices que l’on regarde bovinement en troupeau en polluant la nuit et en faisant mourir les oiseaux de peur.

Leave a Reply