Noël blanc à Chicoutimi, capitale de la neige du Québec

Pour pallier à notre manque de famille pour Noël, Gouy nous a offert de monter avec lui à Chicoutimi chez sa famille. C’est là que j’ai senti la distance qui me séparait du cours de géographie du Québec et du Canada fait en 1998 – eh non, Chicoutimi ce n’est pas près de Rimouski et on ne passe pas par Kamouraska pour y aller. C’est de la faute de mon éducation Montréalaise que ma notion de nord-sud et est-ouest soit déformée pour toujours par ce fleuve Saint Laurent qui a la fâcheuse habitude de couler en diagonale. Bref, Chicoutimi est reconnu par la communauté internationale d’experts pour recevoir vraiment beaucoup de neige l’hiver, et nous avons pu en profiter durant nos deux jours de randonnée.

Neige!

 

 

Gangnam Style

 

 

Poudreuse – sapins – fantômes de neige

 

 

Le taekwondo hivernal

 

 

 

C’est très beau!

 

 

amitié à -17 C

 

 

Sigurd explore

 

 

Gouy et ses beaux yeux pers (ou verts?)

 

 

Les fameux fantômes – sapins chargés de neige au point d’avoir l’air de personnes, de dinosaures ou d’organismes unicellulaires géants

 

 

Alta Vista

 

 

Bref, nous avons été brièvement congelés par moments mais heureux, nous avons mangé une poutine du terroir avec du vrai fromage en crottes du Saguenay (oui c’est meilleur) et dégusté un bon lapin de Noël préparé par la maman de Gouy, ainsi que plusieurs autres gourmandises.

Le lendemain, 25 décembre et jour de Noël, on repart pour le fameux parc des monts Valin et la vallée des Fantômes, miracle de la nature qui reçoit à chaque hiver près de 8m de neige. Au plus creux de l’hiver, on y retrouve assez de neige au sol pour ensevelir une petite girafe. Un White Christmas – oui monsieur!

 

 

Malheureusement le ciel bleu n’est pas au rendez vous et, malgré une température d’au moins -15C, on se déplace dans une sorte de… brouillard.

 

 

wowowowowoow

 

 

 

wow

 

 

Tout est fait en neige

 

 

J’aime ça

 

 

j’aime ça

 

 

Unicolore

 

 

Peek-a-boo!!!

 

 

Sport de première nation! En fait, le paysage est tellement beau que je n’arrive pas à trouver en moi assez de haine pour ce sport piétonnier.

 

 

Lapin de neige

 

 

Les noces de sapins

 

 

Trouvez Sigurd

 

 

Una vista ethpectacular!

 

 

oui

 

 

El amor ethpectacular, si

 

 

Gouy a humé au loin un petit animal sauvage ; ce soir, nous souperons

 

 

ma nouvelle photo fb

 

 

Trouvez Sigurd

 

 

Nous sommes rendus au 7e km d’une randonnée de 16 (assez longue et compromettante car nous voilà au beau milieu du parc après 4 heures de marche)

 

 

c’est beau sans arrêt

 

 

Sapin, Sapin, Sapin

 

 

 

Sapin, Gouy, Sapin

 

 

 

Into the sunset

 

 

Rendu là, je prends des photos parce que j’ai faim. Mais on me chiale après parce qu’on a froid.

 

 

 

Sigurd s’est fait le plaisir d’y aller en ski de rando nordique (ski de fond avec carres d’acier); Gouy et moi le jalousons grandement, sauf lors de descentes périlleuses dans d’étroits corridors de sapins

 

 

Voici quelqu’un qui pourrait attraper un harfang des neiges de ses mains nues

 

 

Un ami!

 

 

Guillaume est content de s’être fait un ami

 

 

Sigurd observe la scène avec perplexité

 

 

Dommage pour le ciel bleu, mais c’est beau quand même!

 

 

blanc

 

blanc

 

 

 

 

 

un lapin enneigé

 

 

des dinosaures, des nonnes, des dauphins, des baleines, des vieux monsieurs, des mantes religieuses

 

 

Trouvez Sigurd 3

 

 

 

4

 

 

Par moments on peut se délecter de l’effort déployé par Sigurd pour franchir les côtes destinées aux piétons, mais la plupart du temps il nous dépassait allègrement en sifflant

 

 

 

Ce fut bref merveilleux et j’ai passé mon chemin du retour sur le siège arrière dans un chaud nuage de plumes , gracieuseté d’un énorme sac de couchage que Gouy ramenait à Montréal, abreuvée de chocolat chaud et nourrie de sucre de toutes sortes, pendant que les gars mangeaient des juliennes au BBQ (yark.)

Au retour, nous avons eu soudainement envie d’une dinde de Noël, que j’ai mise dans le four à 18h et qui était prête à minuit. Heureusement, ma coloc Isabelle avait fait un souper traditionnel la veille et on a pu échanger ma dinde non-cuite contre sa dinde cuite comme dans les émissions de cuisine.

 

 

Un troisième repas de Noël! Dinde – patates – farce – canneberges etcetera.

 

 

Comme j’expliquais à Sigurd, les saisons de l’année 2012 à Montréal ont toutes été exécutées en concordance stricte avec les instructions. Après la fin de l’hiver, le long printemps au mois de mars-avril, avec petites feuilles vert tendre et des fleurs partout, en avril – pas de tempêtes impromptues, une belle chaleur de sandales, puis en juin on met le soleil à High et la température à 30 et on continue comme ça jusqu’au mois d’août. En septembre, un bel automne à couleurs, en novembre – la pluie, et l’hiver c’est la neige. Comme dans les livres!

Le lendemain de notre retour de Noël, une tempête de fou recouvre Montréal – la plus grosse chute de neige en 24 heures que Montréal ait jamais connue. Le matin, silence, et les ruelles du Plateau sont recouvertes d’un pied de poudreuse vierge. Un tapis blanc immaculé couvre les rues en plein centre-ville, et c’est désert. Les quelques autos occupant les grandes artères malaxent une purée épaisse même pas salie par le sel et le brun habituel de la ville. J’ai sur moi des bottes hautes, des vêtements imperméables et des lunettes de ski, et j’enfonce avec grand plaisir mes jambes jusqu’à la cuisse dans ce triomphe de la nature, en allant au travail. Quelques uns ont pris les rues d’assaut en ski de fond. Les propriétaires d’autos sacraient à chaque coup de pelle dans l’espoir d’un jour pouvoir sortir de leur espace de stationnement.

Moi, j’ai pelleté mon entrée comme un homme.

 

 

Le vélo de Sigurd

 

 

 

 

Le vélo d’Isabelle

 

 

Notre rue, et un gars qui déneige son entrée comme un homme

 

 

Les gens se déplacent principalement en crazy carpet

 

 

et en snowboard

 

 

Les piétons partagent la rue avec les autos aux endroits ou la gratte a passé

 

 

ahhhh plaisir de la vie

 

 

 

un voisin en vacances, l’autre voisin diligeant

 

 

Surprise en ouvrant notre porte arrière!

 

 

Vélo de Sabrina

 

 

Notre cour arrière n’incite pas au BBQ

 

 

Notre ruelle

 

 

et les gens en crazy carpet

 

 

Nature 1, Auto 0

 

 

Au lendemain de tout ça, ce matin un beau ciel bleu, comme dans les livres.

 

 

Leave a Reply